Douze Hommes en Colère

Publié le par Mister Formidable

   Réalisateur : Sidney Lumet

   Pays : Etats-Unis

   Année : 1957

 

   Résumé :

   Aux Etats Unis, un homme de 18 ans est accusé d’avoir tué son père. Douze jurés doivent statuer sur son sort. Onze hommes sont convaincus qu’il est coupable, le douzième a des doutes.

 Général

 

 

   Critique :                                                                                                                            Note : 10/10   

   Hay hay hay les amis. Je ne tiens pas mes promesses, oui, je ne vous avais pas promis un article sur ce film. Mais la vie réserve beaucoup de surprises. Et Douze hommes en colère, c’est une surprise. C’est un film d’une heure et demi, qu’on regarde le soir avant de dormir, et qui donne de ces envies d’écrire un article. Donc voilà, pour me faire plaisir, je vais vous en parler. Il fait parti de ces films qui m’ont vraiment accroché. Il y en a peu, il y a les Miyazaki, les films de Tim Burton (à quelques exceptions près), In the Mood for Love (avec quelques longueurs vers la fin, quand même), et il y a Douze hommes en colère. J’ai regardé ça d’une traite, je n’ai pas cherché à faire autre chose en même temps, je n’ai regardé l’heure toutes les dix minutes. J’ai vraiment adoré, tous mes soucis se sont envolés, et j’étais tellement heureux que j’ai veillé jusqu’à 9 heures du matin. Je n’arrivai tout simplement pas à dormir. J’étais heureux.

   Si vous vous voulez de l’action, de l’amour, des morts par centaines et des héros lumineux, ce film n’est pas pour vous. Douze hommes en colère, c’est un huis clos dont les personnages sont douze hommes, un peu comme M. Toutlemonde, tous socialement et intellectuellement différents. Douze hommes sont amenés à statuer du sort d’un jeune accusé d’avoir tué son père, et ils n’ont à leur disposition que ce qui a été dit durant l’enquête et les preuves qu’on veut bien leur apporter. Pour un grand nombre de ceux qui ont vu le film, l’accusé n’a pas d’importance et n’est qu’un détail dans le film, l’important étant la personnalité des douze jurés. Je ne suis pas d’accord car tout l’enjeu du film, c’est la vie de cet accusé. Il n’est présent qu’au début du film, mais les sentiments qu’ont les douze hommes à son égard, la description qu’on en donne le rendent réel, permettent d’en faire un personnage présent dans tout le film, et non pas seulement un personnage secondaire ou un figurant. Je n’avais pas l’impression d’avoir un personnage abstrait, une simple idée, mais je le voyais vraiment sous mes yeux.

   Nous avons dans le film une vraie enquête policière. L’enquête aussi a son importance, et elle m’a passionné. J’étais collé au film et l’enquête m’a passionné. Je n’ai honnêtement pas trouvé que l’enquête n’était qu’un détail. On a peu d’idée du lieu du crime. On ne le voit jamais en fait, le lieu. On ne voit pas le meurtre non plus. Mais même sans voir le lieu du crime et le meurtre, l’enquête a du sens, et les jurés arrivent, rien qu’en réfléchissant, à démonter toutes les preuves de la culpabilité du gosse. Et c’est ce qui fait que le film est unique. Je suis resté collé à mon écran, c’est un film qui vous prend, qui vous fait réfléchir, et je suis étonné d’apprendre que ceux qui l’ont vu ne se sont intéressés qu’à la personnalité des jurés.

   Après, c’est un des principaux intérêts du film. Le côté psychologique fait toute l’originalité du film. Les personnages sont tous différents. Il y en a qui ont plus d’importance que d’autres, certains sont un peu effacés, d’autres prennent plus de place à l’écran. On ne connait pas leur nom (à l’exception des jurés n°8 et 9 à la fin du film) et on s’en fout, en fait. Ce n’est pas ce qui compte. C’est surtout la psychologie des personnages qui compte. Il y a des personnages qui sont assez sympathiques, mais n’empêche qu’il y a aussi une brochette d’emmerdeurs ^^. Pour faire simple et ne pas m’emmêler les pinceaux, je vais vous les présenter un par un.

 

Juré n°1

 

n°1 

 

   C’est bizarre, ce n’est pas un personnage qui m’a paru super important. C’est celui qui prend le moins de place à l’écran. Je ne dis pas qu’il est désagréable, mais on ne peut pas s’y attacher. Et on en connait que peu de chose. Mais après, il a la fonction de président du jury, et lui, il ne râle pas. C’est déjà ça. C’est un de ceux qui râlent le moins. Mois voilà, je ne sais pas comment vous le sentez, mais il ne m’a pas marqué.

 

Juré n°2

 

n°2 

   

   Lui non plus n’a pas trop attiré mon attention. Si quand même, les lunettes. Détail très important, le look. Mais si, vous ne trouvez pas. Le look donne beaucoup d’information. Non,  vous avez raison, ce n’est pas toujours important. Mais voilà, j’aime bien ses lunettes, son petit air intello, même s’il n’a pas la grosse tête. Et lui aussi, il ne râle pas. Il ne gueule pas, ce qui fait du bien aux tympans.

 

Juré n°3

 

 n°3

 

      J’ai nommé l’« Emmerdeur n°1 ».  Son rôle, c’est d’emmerder le monde. Muni de sa haine et de ses préjugés, il va à l’aveuglette voter « coupable ». Je lui aurai bien envoyé deux-trois tartes, mais je pense que je n’aurai pas risqué ma vie. Il est clairement capable de dégommer tous ceux qui se mettent sur son passage. C’est pulsionnel me direz vous. En plus, il ose prétendre vouloir rendre service à la société, alors que le geste le plus simple pour lui rendre service aurait été de gueuler moins fort. Car qu’est-ce qu’il a pu me décrocher les tympans ! Je doute vraiment qu’il puisse être le personnage préféré de quelqu’un.

 

Juré n°4

 

n°4 

 

   Il a un côté intolérant chez lui, raciste pour être plus clair. Mais au moins, il ne m’a pas décroché les tympans. Il me fait penser à un CPE ou à un professeur d’économie. Il est très calme, impeccable dans ses manière et son look (il ne sue pas, en plus), on sent le membre de l’élite, et chose importante, il a des lunettes de forme bizarre. Encore les lunettes ! Et pourquoi pas ? Oui, il a des lunettes bizarre (souvent, quand je n’ai plus rien à dire, je parler des lunettes ^^).

 

Juré n°5

 

n°5 

 

   Je l’aime bien, ce juré. Il a grandi dans le même milieu que l’accusé, donc est blessé par les préjugés et l’intolérance qu’il entend. Je dois saluer l’acteur, car on ressent vraiment la tristesse du personnage. Il a un petit côté italien. On sent l’homme qui va voir la mamma pour manger la pizza.  Peut-être que ce juré fait de l’enquête une affaire personnelle, mais le film a au moins la qualité de rappeler qu’un homme ayant vécu dans un quartier défavorisé est un citoyen comme un autre.

 

Juré n°6

 

n°6 

 

   Je l’aime bien aussi. C’est un de mes coups de cœur. Il est ouvrier. Il a un côté “homme de nos terroirs”. Un petit côté homme du peuple, si vous voyez ce que je veux dire. C’est un personnage sympathique, ça se sent de loin et il a la qualité de ne pas rester sur son opinion. Vous me direz que tout le monde (ou presque) ne reste pas sur ses opinions dans ce film, mais il accepte la discussion, lui, les doutes du juré n°8. Ce qui montre qu’il a la capacité de réfléchir, malgré ce qu’il croit. Et il ne gueule pas (argument choc).

 

Juré n°7

 

n°7 

 

   Voici l’ « Emmerdeur n°2 ». Alors lui, c’est simple, on peut le résumer en quelque mots : il ne veut pas être là. Il aurait préféré aller voir son match de base-ball et est très ouvert à la bêtise. Je n’ai rien contre le sport, mais quand ça passe avant la vie d’un homme, il y a quelque chose qui cloche. Il ne prend pas conscience de ses responsabilités et est là pour dire des conneries. Vous ne l’avez pas remarqué, chaque personnage a sa façon de parler, son vocabulaire, ses tics. Et bien lui, son parler, c’est le « parler con ».

 

Juré n°8

 

n°8 

 

   C’est lui qui a fait que le film n’a pas duré 20 minutes. Il est interprété par Henri Fonda (celui qui tous ses doutes fonda). C’est le personnage principal, en quelque sorte. N’allez pas vous imaginer un juré convaincu de l’innocence de l’accusé. Il le dit : il ne sait pas. Il pense qu’il y a des chances pour que l’accusé soit coupable, mais il a des doutes qu’il veut résoudre. Il se fait insulter par les quelques idiots du film, mais arrive à convaincre les autres petit à petit. Il est intelligent, et il faut avouer qu’il est assez classe. Il n’hurle pas, et a une manière de parler que j’aime beaucoup.

 

Juré n°9

 

 n°9

 

   Mon personnage préféré ^^. Peut-être mon idéal. Quand je serai plus vieux, je veux être comme lui. C’est un personnage qui me touche par sa simplicité, son respect des autres, le fait qu’il se rende compte que l’accusé est un être humain et qu’il y a réel un enjeu. Il n’est pas désagréable et est très intelligent. Il apporte un peu d’humanité au film. Et il comprend dès le début que les doutes sur l’affaire ne sont pas petits. Lui aussi, comme le juré n°8, n’affirme pas l’innocence du suspect, mais il a des doutes, et ces doutes doivent être considérés.

 

Juré n°10

 

n°10 

    

   Voili voilà voilou, on y est, l’ « Emmerdeur n°3 », le plus difficile à digérer. Qu’est-il ? Raciste, ignorant, violent, gueuleur, pire que le juré n°3, pire que le juré n°7, unique en son genre, et c’est pour cela qu’on le déteste. Monsieur pense que ceux qui grandissent dans un quartier défavorisés sont destinés à être dangereux. Rassurez-vous, il sera puni de son idiotie vers la fin du film pour notre plus grand plaisir. Mais il reste pour moi une des pires ordures du cinéma américain.

 

 

                                                                            Juré n°11

 

  n°11

 

   J’aime bien sa moustache. C’est ce que j’avais à dire. Et j’ai aimé aussi la manière avec laquelle il s’opposait au juré n°10. Ses répliques sont excellentes. Il permet aussi à l’affaire d’avancer, ce qui n’est pas si mal. Il n’est pas borné.

 

Juré n°12

 

 n°12

  

   Il m’a agacé avec ses crayons. Il est quand même particulier. Comme qu’il ne savait pas ce qu’il faisait ici. Mais retour de l’argument choc, il ne gueule pas. Et il a des lunettes étranges, qu’il ne porte pas toujours. Vous l’aurez compris, je n’ai pas grand-chose à dire sur lui.

 

  Colère

 

   Et bien voilà, c’est tout ce que j’avais à dire. Je suis sérieux, il est bien ce film. Regardez-le. Je n’ai vraiment pas hésité à lui donner la note maximale. L’histoire, l’enquête, la réalisation, le jeu des acteurs… Tout y est bien.

Publié dans Cinema

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

REN 16/11/2014 21:52

Où est-ce que vous avez regardé ce film? J'en ai trouvé quelques uns sur Youtube, mais ils ne marchent pas du tout.

mamzelle B 28/08/2011 23:20


Quel film magnifique que j'ai adoré et tu me donnes envie de le revoir !
C'est avec grand plaisir que je te lis dans la communauté "Tous les horizons"
A bientôt !


Mister Formidable 29/08/2011 04:33



Je suis heureux de voir à quel point ce film peut passioner ceux qui le voient. J'espère en tout cas que les gens auront l'idée de le voir ^^