Carroll, Alice au pays des merveilles

Publié le par Mister Formidable

   Résumé :

   Alice est une fille qui n’aime pas les livres sans image. Un jour, dans le jardin, elle voit un lapin courir et se plaindre en regardant sa montre d’être « en retard ». Elle se dit que ce n’est pas banal, et elle décide de le poursuivre, tombant dans le trou du terrier où elle s’était glissée pour le suivre. Elle se retrouve au pays des Merveilles.

 

   Critique :                                                                                                                                                    Note : 9/10

   C’était après le Noël dernier. Un de mes camarades de classe vient de Saint-Cyr. Là bas, ils ont une tradition : chacun pioche dans un chapeau un petit papier sur lequel se trouve le nom d’un camarade de classe, et à ce camarade, ils doivent offrir un cadeau. Un petit truc, pas grand-chose. Mais voilà, ça permet de se rapprocher, de sceller une amitié, et ainsi, peut-être de rapprocher aussi tous les élèves d’une classe (par des lois mécaniques…). Nous avions décidé d’adopter cette tradition dans notre classe. Moi, on ne m’a rien offert (il me le promet toujours, son cadeau --‘’). Bon, venons-en à nos moutons. Je devais offrir un cadeau à une dénommée Carole. Et l’idée que j’ai eu, c’est de lui offrir Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll (vous voyez où je veux en venir…). Mais comme le cadeau, on l’offrait après les vacances de décembre, j’en ai profité pour le lire.

   Je ne m’attendais pas à un truc aussi génial. On n’arrête pas de nous dire que non, ce n’est que pour les enfants, qu’il faut le laisser aux gosses et gnagnagna. Certes, nombreux sont les gens bien sensés qui s’opposent à cette idée, qui acceptent de lire ce genre de romans, qui peuvent ne pas aimer, mais ont d’autres raisons de ne pas avoir aimé. Mais on me l’a sorti tant de fois cet argument : « Ce n’est pas écrit pour des adultes ». Les films de Miyazaki subissent le même sort aussi, hélas. Et on ne se fonde que sur les apparences pour juger. Si on prenait la peine de bien voir les choses comme elles sont ? On peut ne pas aimer Alice au pays des merveilles ou les films de Miyazaki, mais par contre, prétendre que ce n’est que pour les enfants est absurde.

   A première vue, Alice au pays des merveilles, ce n’est que pour les enfants. Des lapins courent et parlent, il y a des souris qui jouent, un insecte qui fume, tout est étonnant, amusant, et même les friandises ont leurs secrets… Franchement, qu’irait faire un adulte dans ce monde (grandissez donc un peu, mon garçon ! aurait-elle dit en pinçant les lèvres). Mais ce n’est qu’une apparence. Il y a certes une morale, ou plutôt une leçon (Lewis Carroll s’est moqué tant de fois des livres moralisants de son époque, donc je doute qu’il fasse de la morale dans ses livres) adressée à de jeunes lecteurs, mais là aussi, ce n’est qu’un détail. En fait, c’est quand on devient adulte qu’on comprend les choses. C’est comme Le Voyage de Chihiro, quand un enfant voit ce film, il comprend l’histoire et il pourrait même la résumer. Mais il ne peut pas décoder les symboles, la position écologiste de Miyazaki, voir tous les emprunts que Miyazaki fait à la mythologie… C’est la même chose pour Alice au pays des merveilles. En quoi la société anglaise est critiquée, l’enfant ne le comprend pas, peut-être peut-il comprendre si on lui explique, les gosses ne sont pas idiots, mais il ne voit pas les choses de lui-même. Et pour se moquer de la société de son époque, Lewis Carroll ne s’est pas gêné. On sent la rage de l’auteur contre cette société (oui, je dis bien rage), que ce soient chez les personnages, dans les détournements de poèmes ou de chansons, les propos d’Alice, on sent qu’il s’est bien amusé à la descendre la société. J’ai vraiment bien rit, et je n’ai pas eu l’impression de perdre mon temps.

   Je pense qu’il faut se laisser faire quand on lit une œuvre cataloguée : « Pour enfants ». Je ne pense pas que lire des livres sérieux soit toujours amusant. Je suis un peu comme Alice parfois, j’aime bien de temps en temps avoir des images et un peu de fantaisie dans un livre. Les personnages sont attachants, tous plus timbrés les uns que les autres ^^... Et pour moi, Lewis Carroll a fait fort niveau fantaisie. Je ne sais même pas comment il a fait pour avoir cette imagination (surement pas comme la pub d’Acadomia le prétend). J’ai eu presque l’impression de voir certains des délires des écrivains et des peintres surréalistes (je pense surtout à Dali et Henri Michaux). Il parait en plus qu’il a beaucoup inspiré Artaud qui a fréquenté le surréalisme. Je comprends qu’on n’ait pas toujours envie de lire ce genre de livre. Mais se libérer l’esprit est important, pardi. Un peu de folie, ça ne fait pas de mal. Après, chacun est libre, je ne peut vous obliger à rien. Mais je peux vous conseiller de lire ce livre.

   Juste à propos des adaptations du roman. Elles sont nombreuses. Mais elles n’ont pas toutes la même valeur.  J’en retiens quelques unes. Il y a le dessin animé de Disney. Il n’est pas totalement fidèle au livre (il l’est quand même un peu, rassurez vous), mais il a le mérite de respecter l’univers de Lewis Carroll, surtout sa folie. Et en plus, on retrouve les personnages les plus importants. Et pour moi, c’est le Disney le plus fou et le plus accessible aux enfants. Il y a aussi le film de Tim Burton. Ce n’est pas vraiment une adaptation. L’erreur a été de le nommer Alice au pays des merveilles. C’est une sorte de suite au roman. Tim Burton a laissé libre cours à son imagination, ce qui fait qu’on n’est plus dans l’univers de Lewiss Carroll mais dans celui de Tim Burton. C’est un film que j’ai bien aimé, mais j’avoue avoir été un peu déçu quand même, justement par la noirceur du film, je m’attendais à quelque chose de plus coloré, de plus explosif, de plus fou (en plus, la danse finale du Chapelier fou, pas terrible ^^). Il y a enfin l’adaptation de 1999 réalisée par Nick Willing et qui respecte totalement la magie du roman, ainsi que le roman lui-même bien que la réalisation ne soit pas parfaite ici. Mais les poèmes du roman y sont mis en musique, ce qui fait plaisir.

 Capture-copie-5.PNG

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mamzelle B 01/09/2011 22:33


Et bien je n'aurais jamais pensé lire ce livre "pour les enfants" et ton article me donne vraiment envie de le découvrir !
Bravo pour ton article
bonne soirée et à bientôt