Serj Tankian, Elect the Dead

Publié le par Mister Formidable

   S’il y a un album rock que j’ai vraiment aimé, que j’ai adoré même, sans exagérer, c’est Elect the Dead. N’allez pas croire que je n’écoute que ça. Je ne suis pas une sangsue, j’aime bien aller voir ailleurs de temps en temps. Mais voilà, j’ai ressenti énormément de chose la première fois que je l’ai écouté, et la plupart de ces émotions, je les ressens encore. D’autres naissent aussi, et décidément, Elect the Dead ne cesse de me toucher. Je ne vais pas dire que c’est le meilleur album rock de tous les temps, moi qui ai une culture rock rikiki. Non, je n’ai pas énormément écouté de rock dans ma vie (qu’on me pointe du doigt !). Mais voilà, tout me semble parfait dans cet album. Les paroles sont belles, la musique est belle, la voix de Serj Tankian, je n’ai rien entendu de pareil, les chansons ne sont ni trop longues ni trop courtes, et les clips, ah ! les clips aussi, ils ne sont pas dans le CD, non, ils ne sortent pas de la chaine hi-fi, on peut les trouver sur You Tube (je crois), mais les clips, ah ! qu’ils sont beaux ces clips. Oui, « beau » est un mot qui colle à cet album.

   Bon, je commence par la musique, puis je vous parle de la voix de Serj Tankian. La voix de Serj Tankian mérite bien un article sans doute. La musique, quand je disais qu’elle était belle, je pensais à ces choses belles et qui vous envahissent totalement. Pas aux choses belles tout simplement. C’est comme quand une œuvre d’art nous scotche et nous décroche la mâchoire. Il y en a qui nous sembleront belles mais qu’on oubliera ensuite, un peu comme dans les musées. Vous n’allez pas me dire que vous fondez à chaque œuvre d’art quand même. Peut-être certains, mais pas moi. J’aime beaucoup les musées, mais je n’aime pas toutes les œuvres dans les musées, et il y en que je vais aimer, mais sans plus (je sens que je vais avoir à dos les passionnés d’art ^^ Mes excuses aux passionnés d’art). Par contre, un certain nombre d’œuvres va vraiment me frapper, et j’aurai le tableau dans l’esprit. Ne vous attendez pas avec Elect the Dead à avoir quelque chose de joyeux, et je me demande qui peut s’attendre à ça avec un titre pareil. A moins que chez certaines personnes le mot « joyeux » ait un autre sens. Non, l’album est noir. Ce n’est pas une musique à vous faire pleurer toutes les larmes de votre corps (comme l’OST de Hong Gil Dong, car OMG ce que cette musique est triste !). Ici, c’est noir sans blesser notre pauvre cœur si fragile. Les thèmes de l’album ne sont pas à se rouler dans la prairie verdoyante non plus : on y parle de la fin de la civilisation,  de corps calcinés, de l’appétit des peuples, de mensonge, d’argent, de violence etc. Et la musique est à l’image de l’album, noire, avec des moments d’ironie (je pense surtout à « The Unthinking Majority » et « Lie lie lie »),  des moments de violence (dans « Money » par exemple), et surtout beaucoup de désespoir (qui ne fait pas pleurer, je le rappelle, sauf si on est dépressif profond). C’est clair qu’il ne faut pas non plus être au bord du suicide quand on écoute cet album..

   La voix, maintenant… Elle est exceptionnelle. Moi qui ai tendance à souvent m’imaginer sur scène, avec « mes » musiciens derrière, des fans en délire (ce sont les films que je me fais, j’en ai honte, je sais), j’ai tenté de chanter les quelques pistes présentes gratuitement en karaoké sur You Tube. Bon, je suis nul au chant, mais j’arrive quand même parfois à faire quelque chose de ma voix. Mais là, avec Serj Tankian, chanter m’était impossible.  Il a une puissance vocale étonnante, il peut aller dans les aigus puis dans les graves facilement, il a un souffle extraordinaire, on croirait qu’il s’est défoncé... Avoir la voix de Serj Tankian ? Moi j’aurai bien voulu. Oui, je veux la même voix. On sent tellement de liberté dans cette voix, la possibilité de donner vie à toute interprétation. Bref, vous l’avez compris, j’adore sa voix.

   Il faudrait quand même parler des morceaux qui sont à l’intérieur de l’album. J’avais pensé vous parler de tout. Mais en fait non, travail trop éprouvant. Et comme paresse est eau d’esprit, je crois que je vais préférer la paresse. Il y a deux pistes qui n’attirent pas trop mon attention, ou plus correctement qui n’attiraient pas mon attention. Je les découvre : « Blue » et « Elect the dead ». Mais je trouve ça de plus en plus beau. Pas autant que « Money » qui se place au dessus des autres pour moi. Pourquoi donc ? Peut-être parce que j’ai réussi à sursauter et à avoir la chair de poule, tout ça dans le même morceau. Il y a aussi « Sky is over » qui me donne la chair de poule, mais voilà, avec « Money », c’est plus intense. C’est une chanson qui alterne entre désespoir profond et violence çà vous décrocher les tympans. D’autres découvertes récentes : « Honking Antelope », « Beethoven’s Cunt » et « Feed Us ».  Voilà, je devais avoir l’esprit ailleurs quand j’écoutais. Mais ces morceaux font partie de mes préférés aujourd’hui.

  Voilà, je suis heureux, j’ai réussi à finir l’écriture de cet article (j’ai galéré, croyez moi ^^). Je mets quelques vidéos, pour vous donner une idée de l’album (c’est toujours bon à prendre).

 

                                                                                                                                                                             Note : 10/10

 

                     
                     
                     

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article