Esprits criminels

Publié le par Mister Formidable

  

   Allez, je le fais cet article, au risque de froisser certaines personnes (je ne l’espère pas quand même). Je n’ai pas l’habitude d’écrire des critiques agressives. Mais là, je ne peux pas rester tout gentil, et j’ai toujours pensé qu’il fallait être honnête dans un blog. Alors, je vais être honnête : cette série m’énerve. Je dois pourtant avouer que je trouve l’idée de départ bonne. Traiter des sérials killers peut laisser place à des analyses fines de psychologie, à de l’action, des personnages intéressants, etc. Culture et action, le cocktail aurait été bon, si vous voyez ce que je veux dire. Pourtant, le cocktail ne m’a pas laissé de bons souvenirs. Je vais juste parler de ce dont je peux parler (je n’ai pas eu la chance d’approcher la psychologie d’assez prêt pour pouvoir en parler en profondeur).

   Les épisodes me laissent un goût de déjà vu à chaque nouvelle diffusion. C’est le principe dans toutes les séries, à quelques exceptions prêt. Il y a toujours un même schéma qui est repris. Ce n’est théoriquement pas très gênant, on y est habitué. Mais reprendre le même schéma jusqu’à faire hurler la dadame avant l’arrivée des policiers, c’est se foutre du téléspectateur. Cela finit en gros toujours à peu près de la même façon. J’avoue quand même qu’il y a des exceptions, je n’irai pas jusqu’à vous sortir le traditionnel refrain C’est l’exception qui confirme la règle (je n’ai jamais compris en quoi une exception pouvait confirmer une règle ^^), ce que je pense par contre, c’est que c’est trop souvent de la même manière que ça finit. C’est trop gros, en quelque sorte. Il faut, quand on reprend le même schéma, donner l’impression au spectateur, malgré le déjà vu, de ne pas être dans du déjà vu. Comme dans Desperate Housewives ou Docteur House. Pour maintenir le suspens. Je n’ai pas senti le suspens me prendre à la gorge ici, parce que je savais comment ça allait finir.

   Et les personnages m’exaspèrent. Je n’ai même pas retenu leur nom et je ne pense pas qu’ils soient tous utiles à la série. On a plus un groupe que des individus. Certains ressortent plus que d’autres, mais la plupart sont là pour meubler, pour donner un certain « réalisme » à la série (que serai une telle série avec une équipe réduite ? ;)). J’aime surtout les séries qui me donnent l’impression que tous les personnages sont tous, plus ou moins, utiles. Pouvoir faire son choix, élire son personnage préféré, ça a l’air de rien, mais pourtant, les discutions qui en naissent sont nombreuses (on ne vous a jamais demandé qui était votre personnage préféré ?). 



                                                       455121_363191431_esprits-criminels_H230710_L.jpg

 

 

   En plus ils ont osé copier NCIS ! Vous ne trouvez pas que l’informaticienne ressemble à Abi ? Sérieux ! Look déjanté, spécialiste dans la recherche, choupi (ou plutôt censé être choupi… je ne parle que de l’informaticienne), emploie la familiarité avec ses collègues… ça ne vous rappelle rien ? Car non, Abi est inimitable. Abi est unique, et vouloir rivaliser avec Abi, c’est être mon ennemi à vie. Peut-être que dans mon amour je fais de la paranoïa, mais j’ai de plus en plus l’impression quand je vois ce personnage de voir une pâle copie d’Abi (en plus, NCIS a été créé en 2003 tandis que Esprit criminel a été créé en 2005, na !). Vous n’allez pas me dire que l’informaticienne est la meilleure des deux ! Abi est légère, fine, drôle, l’informaticienne ne sait que dire : « Mon amour », « Mon chou », « Mon cœur » et toutes les expressions appartenant au même champ lexical, ce qui prouve qu’elle est limité dans sa pensée (moi, agressif ?). Et elle a le don d’être lourde.

 

                                                                      18824621_w434_h_q80.jpg

 

 

   J’avais certes dit que je ne m’y connaissais pas en psychologie, mais je ne pense pas me tromper quand je dis que le fait que tous les tueurs en séries soient intelligents est bizarre. Je l’avoue, ce n’est pas moi qui l’ai pensé en premier, c’est un psychologue (c’est pour ça que j’en parler ^^). Bon, certes, comme tout le monde, je n’ai pas toujours envie de regarder une série pour me cultiver (le plus souvent, c’est même pour me déstresser). Mais quand une série prétend utiliser la psychologie alors qu’en fait, ce n’est que de la psychologie de comptoir, il y a un problème je pense. Et qu’est ce que ça peut être cliché parfois quand même. Il n’y a qu’à voir le psychologue de la bande pour voir combien c’est cliché. Et en plus toutes ces scènes genre : « Pourquoi tuons nous tous ces gens ? Ah ! La vie est injuste, mais la justice triomphera de par la puissance de notre poigne ! ». Plus niais tu meurs. Comme si se plaindre était utile. Comme si on pouvait y croire. Ils n’hésitent pas à tuer le coupable qui avait quand même failli en finir avec sa victime, puis quelques heures après, dans l’avion, les personnages se plaignent. Fallait se plaindre au moment de tirer.

 

   Note : 3/10

 

                                                        00753906-photo-pauley-perette-est-la-gothique-abby-sciuto-d.jpg 

Inimitable…

Publié dans Séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article